CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

45 years before Obama : First Black Mayor of North America

mercredi 11 février 2009 par William Toussaint

Saint-Firmin Monestime (December 16, 1909 - October 27, 1977) was a Haitian-Canadian politician and medical doctor, who was the first Black Canadian ever elected mayor of a Canadian municipality.[1]

Born in Port-au-Prince in 1909, Monestime studied rural medicine and wrote three books on the subject.[2] In 1937, he was one of the only doctors on duty during the Parsley Massacre, and was subsequently awarded the Haitian Legion of Merit for his work during that crisis.

He moved to Quebec City in the 1940s. After upgrading his medical training he planned a move to Timmins, Ontario to set up a medical practice, but when he stopped in Mattawa en route, he was convinced by a restaurant owner to stay in that town and set up practice there instead. He married Zena Petschersky, an Eastern European immigrant whom he met in Ottawa, in 1953.

Monestime practiced medicine in Mattawa until 1964, when he was elected the town’s mayor. Except for one year that he took off for personal reasons, he remained the town’s mayor until his death.

Monestime established a nursing home in Mattawa in 1975. His daughter Vala Monestime Belter continues to run the home today, and has served on the boards of Ontario Northland and TVOntario.

web : October 26, 2007 : Mattawa’s Dr. Firmin Monestime Remembered

Extrait : « Haïti-en-Québec : Notes pour une histoire »
par Lyonel Icart

De Jean-Baptiste Dusable, immigrant de St-Domingue et fondateur de la ville de Chicago, à Michel Adrien, maire de Mont-Laurier (2003)en passant par Ulrick Cherubin, maire d’Amos (2002) et René Coicou, premier Noir à occuper ce poste au Québec dans la défunte ville deGagnon de 1973 à 1985, Firmin Monestime, premier Noir élu maire en Amérique du Nord dans la ville de Mattawa (Ontario) en 1964, sans oublier Jean Alfred, premier Noir élu à l’assemblée Nationale duQuébec en 1976, et Michaëlle Jean, première Noire à être nommée au poste de gouverneur général du Canada (2005) ainsi que tous les candidats malheureux aux différents paliers de gouvernement, les
immigrants haïtiens ont partagé et ont fait leurs les destinées de leurpays d’adoption.

La racialisation de ses membres avait toujours existé : le docteur et maire Firmin Monestime, un des pionniers au Canada et au Québec en faisait mention, et le racisme y était toujours présent, inscrit même dans les structures de l’État, certes (Labelle : 2004), mais les Haïtiens étaient généralement bien accueillis et acceptés. Aussi, le trajet même de la communauté haïtienne révèle-t-il le caractère idéologique du discours sur l’intégration. Parler des Haïtiens issus de cette immigration ancienne en termes de « possibilité d’intégration »souligne l’occultation du processus d’enracinement de cette immigration, quelles que soient les faiblesses de celui-ci, et le passage à une logique de hiérarchisation sociale à partir d’un critère culturel, voire d’origine.








Accueil | Plan du site | info visites 320910

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site GOUVERNANCE & POLITIQUE  Suivre la vie du site Politique  Suivre la vie du site Politique Internationale   Politique de publication

Haitimonde Network